À lire

Le livre qu’on adorerait voir adapté en série

Article partenaire : Le livre qu’on adorerait voir adapté en série

D’abord, on croirait que l’espoir est mort. Du fin fond de l’Italie, de la Pologne ou de l’Empire Russe ; Raechel, Rosetta et Rocco souffrent en silence. Les épreuves s’enchaînent, tout comme les injustices et les violences. Une vie douloureuse et impossible à vivre qui les pousse tous les trois à monter à bord du bateau qui quitte Palerme pour Buenos Aires, un matin de 1913. 

Quand ils arrivent enfin, après deux semaines de voyage terrible, le soleil bat son plein en Argentine mais rien n’est réglé pour autant : dans Les Prisonniers de la Liberté, l’auteur-prodige italien Luca di Fulvio raconte avec une intensité unique et une plume brûlante ce que peut être la vie et les trajectoires des migrant·es, des réfugié·es, des exilé·es. La vie des amoureux·ses du rêve d’une vie plus juste qui se battent pour leur liberté.

Dans ce roman aussi suffocant qu’haletant, on rencontre des femmes qui n’ont pas peur de se dresser fièrement, avec sororité, devant la cruauté des hommes. On côtoie des dockers au cœur tendre, des mafieux déprimés, des paysan·nes révolté·es - des hommes et des femmes prisonniers de la vie, mais qui trouveront un chemin (spectaculaire) vers la libération, pour le plus grand bonheur du lecteur. 

C’est palpitant, plein de rebondissements, c’est terrible, parfois difficile*. Mais lorsqu’on approche de la fin de ce roman sublime, on comprend que toutes les batailles de Rocco, Rosetta et Raechel valaient la peine d’être menées. Que tous les chemins mènent à la liberté. Et qu’il n’y a rien de plus fort que la solidarité, la bienveillance, et l’amour. 

Roman inspiré de faits réels, conte sur la vie humaine, fresque historique puissante : ce livre ne vous laissera pas le lâcher jusqu’à la dernière ligne. Pour le plus grand plaisir de vos soirées d’été.

Les Prisonniers de la Liberté de Luca di Fulvio est disponible aux éditions Pocket.

*Avertissement : certaines scènes de violence sont susceptibles d’heurter la sensibilité des lecteurs.trices.

Derniers articles